La reconnaissance, un facteur de bien-être au travail

Le 1er mars est la journée mondiale du compliment. Créée en 2003 aux Pays Bas, cette journée a été voulue par ses initiateurs comme étant « la journée la plus positive dans le monde ». Elle se base sur le principe que l’être humain a besoin de reconnaissance, que ce soit de la part de la famille, des amis ou encore des collègues de travail.

Les bienfaits de la reconnaissance au travail sont nombreux: amélioration du climat de travail, augmentation de la mobilisation du personnel, résistance plus importante au stress, productivité accrue, etc. En somme, la reconnaissance est un facteur de protection de la santé mentale et elle contribue donc au bien-être au travail.

À cette occasion, nous vous invitons à vous poser quelques questions par rapport à cette thématique : quand avez-vous exprimé votre reconnaissance envers un(e) collègue pour la dernière fois ? Le faites-vous régulièrement ? Le faisons-nous d’ailleurs assez ? Savez-vous comment exprimer votre reconnaissance vis-à-vis d’un(e) collègue ?

Dans la pratique de la communication non violente (CNV), méthode préconisée par le Service psychosocial de la Fonction publique, le distinguo est fait entre « faire un compliment » et « exprimer sa reconnaissance ». Même si au premier abord il serait tentant d’y voir la même chose, il faut savoir que du point de vue de la CNV, il existe une différence fondamentale: le compliment a une intention manipulatrice alors qu’exprimer sa reconnaissance équivaut à se réjouir du passé sans rien attendre en retour de la part de son interlocuteur.

Le problème avec les compliments simples est qu’ils manquent souvent de profondeur. Alors qu’exprimer sa reconnaissance donne du sens, du détail et permet à son interlocuteur de comprendre pourquoi il/elle est valorisé(e). La CNV donne les clés pour exprimer sa reconnaissance en trois étapes :

  1. Décrire le(s) acte(s) qui ont contribué à notre bien-être
  2. Exprimer le sentiment de plaisir associé à cet (ou ces) acte(s)
  3. Détailler le (ou les) besoin(s) que ces actes ont satisfait en nous

Voici un exemple suivant les trois étapes mentionnées :

  1. Bravo pour ta présentation, j’ai beaucoup apprécié le détail des prévisions budgétaires sur base de devis.
  2. Cela m’a fait plaisir de voir que les chiffres ne dépassent pas le seuil initial demandé
  3. Cela m’a fait du bien et même me rassure de voir que nous ne dévions pas de notre trajectoire.

Cela peut paraître technique, mais avec un peu de pratique il est possible de le rendre parfaitement naturel. En ces temps incertains qui sont régis par la distanciation générale, il est d’autant plus important de ne pas oublier que pointer du doigt ce qui est positif est important, voire primordial, afin de maintenir un moral. Considération et motivation vont de pair. Nous sommes tous demandeurs de reconnaissance, parfois nous avons l’impression que notre travail ou notre investissement n’est pas assez remarqué ou considéré. Gérer le manque de reconnaissance peut être difficile. Un manque important de reconnaissance au travail multiplie le risque de vivre une détresse psychologique élevée.

Si vous avez des questions sur la santé mentale, veuillez contacter le Service psychosocial de la Fonction publique: Tél: 247 73100 ou service-psychosocial@mfp.etat.lu

Dernière modification le